Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Artiste Réunion

Gwendoline Absalon : une artiste-née


De la soul dans le sang, du velours dans la voix et un charme fou dans le regard : un cocktail détonnant incarné avec grâce par Gwendoline Absalon dont la passion pour la musique et la scène prend sa source au Téat Champ Fleuri...

Gwendoline Absalon - 1 artiste 1 lieu

Gwendoline Absalon est née à Saint-Denis il y a 27 ans, a grandi aux Camélias et est issue d’une famille de musiciens chevronnés bien connus dans l’île pour leur influence sur le maloya acoustique. Ayant baigné dans des rythmes aux sonorités jazzy, blues et du Cap Vert, elle se laisse bercer pendant toute son enfance sur des morceaux de Nina Simone, Ella Fitzgerald et Cesaria Évora parmi tant d’autres pointures et références en la matière. C’est au collège que Gwendoline entre dans la danse ou plutôt dans le chant : la jeune fille de 12 ans intègre la chorale de son établissement scolaire et en devient un élément clé.

Une fois au lycée, c’est tout naturellement que Gwendoline rejoint la filière musique et est repérée par sa professeure de chant. Étonnamment, cette dernière l’oriente vers le style lyrique. Au début surprise, elle se laisse porter par la force et la puissance du chant pour à la fin, mieux les maîtriser et canaliser son énergie. Malgré la venue et l’insistance d’une professionnelle de chant lyrique,

Gwendoline renoncera à intégrer l’école d’opéra en Allemagne. Elle poursuivra la musique et rencontrera le chanteur et musicien Frédéric Maillot (de « Lorkès Bann Dalon », groupe « Zorkri Maloya ») puis Mathieu Brillant, illustre pianiste de jazz avec qui elle formera le groupe « Step in jazz » composé de Natacha Tortillard et d’elle-même au chant, de Dimitri Domagala à la batterie et de Denis Turpin au saxophone. Mais l’envie de Gwendoline de poursuivre sa carrière en solo est plus forte et en 2010 elle compose et interprète ses propres morceaux pour lesquels elle se produira en concert pour sa toute première fois au Théâtre Vladimir Canter. « J’ai grandi dans une famille où la musique était omniprésente et ayant vu des membres de ma famille sur scène, me produire en concert était pour moi naturel » confie la jeune femme.

Son métier : la musique !

Après quelques années à sillonner les salles et scènes de l’île avec des musiciens de grand talent, Gwendoline part en métropole pour ses études, le chant n’étant pas une source de revenus sûre selon sa famille. Le choix de l’orientation de ses études secondaires apparaît aujourd’hui comme une évidence : la musicothérapie. C’est à l’Atelier de musicothérapie de Bordeaux qu’elle étudiera cette vaste discipline entre 2014 à 2018.

Pendant ses études, Gwendoline ne délaissera ni la musique ni l’écriture et à l’issue de ces quatre années, elle rentre au pays et y présentera son premier album solo, « Dig Dig ».

Un opus entièrement élaboré à Bordeaux en l’espace d’une semaine puis mixé et masterisé à Paris avec la précieuse collaboration de nombreux artistes d’envergure aussi bien locale qu’internationale tels que Nicolas Guéret, saxophoniste de Cesaria Evora pour ne citer que lui. Comme de nombreux artistes encore trop méconnus, Gwendoline a fait appel à une plateforme de financement participatif pour une partie de la production de son album. « Sans l’aide de mon entourage et sans cette plateforme de financement participatif, mon projet d’album n’aurait tout simplement pas pu voir le jour » admet Gwendoline.

L’album est dans les bacs depuis le mois d’août 2018. Entre concerts et showcase, la chanteuse enchaîne les prestations à La Réunion tout en prodiguant des séances de musicothérapie aux publics intéressés : auprès des futures mamans, des crèches, écoles et personnels d’entreprise. Une discipline qui utilise la vibration des instruments (la voix, le corps ou les bols tibétains par exemple) pour aider les personnes à soulager des douleurs, un mal être localisé ou généralisé.

Le Téat Champ Fleuri : le lieu où tout a démarré...

TEAT Champ Fleuri à Saint-Denis (97400 Réunion)

La simple évocation de la scène du Téat Champ Fleuri lui donne des frissons. « Je devais avoir à peine 12 ans lorsque je suis montée pour la première fois sur scène, c’était à l’occasion d’une prestation de la chorale de mon collège. Voir cette salle de spectacle du côté scène était impressionnant. C’est à ce moment-là que j’ai su que ma place était sur scène, c’était bien ça que je voulais faire » sourit Gwendoline. Un avenir qu’elle s’est forgée au fil des années, le Téat Champ Fleuri étant toujours dans son sillage, en tant que spectatrice ou en sa qualité d’artiste. À l’âge de 15 ans, c’est un hommage à Pierre Roselli, encore au Téat Champ Fleuri, en collaboration avec Nicole Dambreville qui convertit son sentiment en certitude : la scène sera son destin, un de ses lieux d’épanouissement. Le Téat aura insufflé chez cette enfant un élan artistique gravé à vie dans son être d’adulte d’aujourd’hui.

Crédits photos : Le Petit Photographe



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK