Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Musique

Electrodocks 2019, l'Afrique invitée d'honneur


Les aficionados de musique électronique le savent : en décembre, c’est au Port qu’il faut être. Et pour cause, les Electrodocks y reviennent chaque année depuis 2009. L’occasion pour le public de vibrer sur les rythmes saccadés des boucles mélodiques synthétiques arrangées par des pros des platines. Cette fois-ci, la manifestation aura une saveur particulière, celle d’un gâteau d’anniversaire. Le Kabardock, organisateur de l’évènement, fête en effet ses 15 ans et pour le coup, la structure a voulu faire un cadeau au public. Elle a fait venir d’Ouganda, de véritables pointures de l’électro africain grâce au label/festival Nyege Nyege. Quand on sait que dans le dialecte local cette expression signifie « une envie irrésistible de danser, de se secouer »…de dire que le public va « bouger », c’est un léger un euphémisme.

Plus que quelques heures pour vous procurer votre billet pour l’évènement électro de cette fin d’année à un tarif préférentiel : 15€… Il sera toujours possible de l’acheter sur place mais là ce sera 18€. Les Electrodocks c’est en effet ce soir samedi 7 décembre 2019 à partir de 19h, avec une ouverture des portes du Kabardock à 18h30. Après, ce sera parti jusqu’à 3h du matin. Une belle nuit en perspective donc que Kabar Jako aura l’opportunité d’ouvrir. Kabar Jako c’est un groupe local formé par l’un des plus grands noms de l’électro péi, Jako Maron. Depuis des années, ce producteur excelle entre autres, dans l’art de fusionner les beats terrestres et ancestraux du maloya aux sonorités plus aériennes et évolutives de la musique électro. Pour cette manifestation, il sera sur scène avec un chanteur et un percussionniste.

Cette belle entrée en matière permettra aux amateurs d’entrer tout doucement dans l’univers même du label/festival Nyege Nyege.

[African Music Festival] Nyege Nyege 2015 Jinja, Uganda

NYEGE NYEGE 2019 Trailer

Des artistes d'ici et d'ailleurs

Fondé en Ouganda par le Belge Derek Debru et le Gréco-Arménien Arlen Dilsizian, Nyege Nyege c’était d’abord un studio d’enregistrement. « Tous les deux étaient installés à Kampala, la capitale du pays, et leur aventure a commencé comme ça, de façon indépendante, pour aider les amateurs de musique sur place, à se professionnaliser. Petit à petit, leur projet a évolué. Il est devenu aujourd’hui ce label/festival avec qui nous nous associons pour offrir aux spectateurs une autre vision de la musique électro », explique Mike Colléaux, chargé de communication du Kabardock.

Si les artistes invités ne sont pas forcément des têtes d’affiche aux yeux du grand public, tous jouissent d’une solide réputation dans leur domaine de prédilection. C’est le cas des Ougandais Moroto Hvy Indstr, Nihiloxica ou encore de Kampire. Impressionnante, cette dernière offre des DJs set exaltants sur le mode afrohouse mêlant basses, polyrythmiques et instrus lingala, relevés de quelques influences congolaises, notamment le soukouss, ou kényanes, le tout saupoudré de sonorités électroniques des quatre coins d’Afrique.

Autre artiste à retrouver sur place, le jeune producteur Citizen boy, étoile montante de ce genre musical en Afrique du Sud. Il sera accompagné par Esi.J, une danseuse originaire de Londres.

A noter la présence d’autres Réunionnais pendant cette session, les deux producteurs plus connus sous le nom de Sauvage Sound System. Ce soir, ils proposeront pour la première fois leurs propres créations sous la forme du duo Pangar. « Pangar » qui veut dire « attention » en créole, un avertissement lancé à l’assistance…sans doute pour qu’elle se tienne prête à accueillir ce qu’ils vont envoyer dans les enceintes.

Un style très original

Et puis il y aura elle, cette dame dont l’allure est aussi surprenante dans ce milieu que ses propositions musicales :  la Hollandaise DJ Marcelle. Elle clôturera cette riche édition des Electrodocks en passant derrière les platines vers 1h du matin. Véritable icône pour les initiés, elle s’est faite un nom grâce notamment à son style on ne peut plus original: « Elle mélange tout et n’importe quoi mais elle le fait avec brio. Il faut s’attendre à être surpris », prévient Mike Colléaux. A découvrir absolument, ne serait-ce que pour comprendre  pourquoi elle suscite un tel engouement lors de ses régulières apparitions au festival Nyege Nyege, mais partout ailleurs aussi dans le monde.

Pour Mike Colléaux du Kabardock, en résumé, le programme des Electrodocks cette année est tout simplement un échantillon « innovant, iconoclaste, défricheur et festif » de ce qui est mis en place tous les ans en Ouganda.
Ça c’est pour le contenu…Côté contenant, le Kabardock a également prévues des petites choses pour que la soirée soit le reflet d’une véritable immersion en Afrique. A commencer par la déco : total look africain.

Niveau restauration, 2 food trucks seront installés, dont un proposant uniquement de la cuisine africaine. Enfin, il y aura aussi des animations gratuites telles que du body painting, tatouage éphémère et photomaton.



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK