Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Spectacles

Le grand retour des Bambous Libres


Un retour oui mais sous un nouvel aspect. Exit la notion de « festival », c’est désormais une série de concerts, tout simplement, que propose le Théâtre Les Bambous à travers Les Bambous Libres. En revanche le concept lui est toujours le même : mettre en avant la chanson d’humeur, la chanson de caractère, celle qui égratigne les oreilles, le cerveau sans doute aussi le cœur mais qui fait tellement plaisir aux zygomatiques.

Le rendez-vous avait été donné à la même époque l’année dernière mais finalement, il a dû être annulé pour deux raisons : la crise des gilets jaunes et les travaux de rénovation du théâtre.

Un an plus tard, si les chasubles fluos ont retrouvé leur place dans les coffres des voitures, les travaux eux ne sont toujours pas terminés. A quelques jours du début des hostilités, le directeur de la structure, Robin Frédéric est dans l’expectative : « C’est très compliqué parce que le chantier a pris du retard. Il est passé de 15 à 20 mois. Pour l’instant et pour être totalement honnête, on attend fébrilement l’autorisation officielle d’ouverture qui doit venir de la préfecture. Sauf qu’il n’y a pas encore eu de commission sécurité et on n’a aucune nouvelle. Je regarde mes mails tous les quarts d’heure pour voir si on ne m’a pas envoyé de réponse officielle et toujours rien. Du coup, on ne sait pas comment ça va se passer », explique le directeur des Bambous, « en toute transparence ».

En revanche, il l’assure : sof koman kom dit kréol, l’édition 2019 des Bambous Libres aura bien lieu : « Comme on a ce partenariat avec le Bisik, peut-être que ça se passera là-bas. De toute façon les artistes qui viennent sont des gens très généreux, je sais qu’ils comprendront la situation. D’ailleurs peut-être qu’on va inventer quelque chose avec eux ! Peut-être que l’on va jouer sur le parvis dehors… On verra. Nous on donne rendez-vous au public quoiqu’il arrive devant nos locaux. Les places sont toujours en vente… »

Une nouvelle page qui s'écrit

Le théâtre Les Bambous à Saint-Benoît (97470 La Réunion)

Clarification faite autour du lieu, l’important pour Robin Frédéric c’est surtout de rappeler que Les Bambous Libres, c’est avant tout une manifestation dont la nature, l’essence même, priment sur toute autre considération logistique.

Lancé en 2004, l’évènement se présentait à l’époque sous la forme d’un festival de chansons et de musiques d’humeur qui revenait tous les deux ans. Le précédent a eu lieu en 2016 et a vu passer sur scène entre autres, le chanteur Francis Lalanne. « Cette fois on a eu envie d’écrire une nouvelle page avec la réouverture du bâtiment remis à neuf, tout en maintenant cette proposition autour de la chanson de caractère, la chanson d’humeur, de bonne humeur, mais non plus sous la forme d’une biennale ni d’un festival. Plutôt comme un concept que l’on présenterait une fois par semestre », souligne le directeur.

Les Bambous Libres ont donc été taillés, élagués, pour qu’ils regagnent de la vigueur et qu’ils poussent de plus bel. Et pour ces retrouvailles, le théâtre bénédictin, s’est associé à d’autres lieux de spectacles. Objectif : avoir un programme un peu plus riche. « On partage par exemple les artistes Fantazio et Batlik avec Lespas de St Paul, Didier Super lui jouera au Kabardock, sur une proposition du café culturel de St Benoit, le Bisik… En fait tous les directeurs de salles ont accepté sans problème de jouer le jeu, puisqu’il y a un aller-retour. Je pense notamment à Alain Courbis qui s’y connait très bien en musique. Il a toujours suivi la particularité des Bambous Libres notamment et quand je lui ai dit que ce serait pas mal qu’il y ait un effet miroir dans l’Ouest, il a tout de suite été d’accord », raconte Robin Frédéric.

Une formule plus sobre

Frédéric Robin, directeur du théâtre Les Bambous

D’après ce dernier, au départ, cette manifestation venait combler un manque sur ce genre de propositions artistiques. Des propositions que l’on ne retrouve pas forcément sur les grandes scènes, les festivals : « cela n’empêche pas que nous avons accueillis des artistes dans le passé qui sont aujourd’hui devenus des têtes d’affiche. Il y a les Zoufris Maracas, qui ont joué au Sakifo ou encore au Manapany Festival… il y a aussi Frédéric Fromet que l’on peut entendre aujourd’hui sur les ondes de France Inter et d’autres encore », souligne le dirigeant. C’est désormais un moment attendu que les organisateurs veulent garder sobre. Une petite formule autour de ce style musical particulier qui risque d’en surprendre plus d’un : « Si on prend un artiste comme Didier Super par exemple, faut pas le mettre entre les oreilles de tout le monde », prévient Robin Frédéric en riant avant d’ajouter : « C’est très clair, il est infernal, il ne s’adresse pas à tous les publics. En tout cas il faut prévenir les spectateurs, surtout les plus jeunes parce qu’il ne dit pas des choses sympathiques forcément, mais paradoxalement, ce sont des choses qu’on a envie d’entendre quand même, qui font du bien. Il est cru certes mais c’est ce qu’on aime dans ce projet des Bambous Libres ».

Le directeur de parler ici de la notion de liberté de ton prônée dans l’évènement : « Didier Super il est trash quoi, il dit franco les vérités sur la société actuelle, sur nos comportements et le fait qu’on pourrait, si on le décidait, avoir un rôle à jouer pour que la société aille mieux. Alors il dit tout ça en musique, c’est un vrai troubadour, il a une écriture aiguisée. Déjà, juste avec le titre de son spectacle il donne le ton : Ta vie sera plus moche que la mienne. Donc voilà il met le doigt là où ça fait mal, mais en même temps ça fait du bien quand même parce que le but, c’est de rire. »

cliquez pour voir la vidéo interview
"3 Questions à Robin Frédéric"

L'humour avant tout

Les Bambous Libres c’est donc une petite série de concerts où le sens de l’humour doit être tout aussi affûté que l’ouïe : « on peut être mort de rire, mais si on est un peu plus coincé, on peut mal le prendre et même se mettre être en colère. Mais c’est intéressant d’être dans la réflexion. Les artistes en tout cas eux ne sont pas là pour donner des leçons », précise Robin Frédéric.

Le patron du Théâtre Les Bambous explique enfin que son équipe et lui essayent le plus possible de garder une fenêtre ouverte sur l’extérieur et de repérer également localement des artistes locaux. « Dolorès par exemple, elle est originaire de La Réunion et la musique qu’elle propose peut nous faire penser à une Catherine Ringer. Ça donne déjà un aperçu de son univers. On aura également le groupe bénédictin Ti Frid Maloya. Ils sont certes sur une musique traditionnelle mais ils ont introduit une dimension contemporaine. »

Affiche et Programme Les Bambous Libres 2019

Quid de nos voisins ? « On n’a pas cette année d’artistes de l’Océan Indien, on en a eu avant et on espère qu’il y en aura sur une prochaine édition. On veillera en tout cas à l’équilibre dans l’avenir », conclu Robin Frédéric.

La programmation de l’édition de Juin 2020 est déjà en cours d’élaboration. Parmi les artistes qui se produiront sur la scène du théâtre de Saint Benoit entièrement rénové… sauf nouveaux aléas de chantier : Anne O’aro, Nathalie Natiembé, Mounawar

Les artistes programmés aux Bambous Libres en vidéo

Didier Super - C'est vous les meilleurs

Fantazio - à ce train là

Dolores - Bat pa kard

Batlik - Avalanches



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK