Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Musée

Les musées départementaux - Regards croisés sur le passé


Il est en vous le souvenir lointain d’une visite scolaire, ou évoque a minima une escapade aisée à proposer à vos amis en vacances. Pourtant la visite d’un musée n’est pas qu’une affaire d’écoliers ou de touristes. La découverte de ces temples de la mémoire peut convoquer en chacun une part de son histoire, introspection qui souvent, est de nature à redéfinir le regard que l’on pose sur le monde. Zoom, sur quatre de ces infrastructures, gérées par le Conseil Départemental.

1 - Le musée historique de Villèle

Le musée historique de Villèle a été créé par le Département de La Réunion en 1974 sur une vaste propriété coloniale, l’ancienne habitation Panon-Desbassayns, l’un des plus grands patrimoines fonciers de l’île.

Figure emblématique très controversée de l’histoire réunionnaise, Madame Desbassayns (1755-1846) a administré avec fermeté ce grand domaine caractéristique de l’économie de plantation réunionnaise, à l'époque de l'esclavage. Situé sur la commune de Saint-Paul, ce vaste ensemble architectural très diversifié, évoque la prospérité d’une famille créole ayant marquée l’histoire de l'île aux 18e et 19e siècles.

Parmi les espaces à découvrir, quatre sont en accès libre : la chapelle pointue, l’hôpital des esclaves, la cuisine et l’usine sucrière. Le cinquième, la maison de maître, est le seul à faire l’objet d’une visite guidée, c’est sur ce lieu d’habitation que nous avons choisi de mettre l’accent.

Musée de Villèle à Saint-Gilles les hauts
© photos droits réservés

Un instantané de l'histoire de l'esclavage

Synthèse stylistique entre techniques indiennes élaborées à Pondichéry et influence du néo-classicisme européen (cf Albert Jauze), la maison principale est édifiée sur deux niveaux, les sept pièces du rez-de-chaussée servent de cadre à l’exposition permanente, une déambulation commentée d’une heure et demie.

Le visiteur s’y trouvera transporté dans le quotidien opulent des familles Desbassayns et de Villèle, entre les commodes antiques émaillées de marbre italien, le parquet agencé de bois de natte et de tamarin, les fauteuils Napoléon III ou les armoires de palissandre. Un mobilier témoin d’une vie au confort qui n’avait rien à envier celui de la bourgeoisie parisienne. D’ailleurs, Jean-Marie, notre guide ne manque pas de le rappeler, au détour du faste de la salle à manger : « Soupe de tortue, ragoût de buffle de Madagascar, on mangeait ce qu’il se faisait de mieux à cette table ».

Un luxe qui mène l’intarissable médiateur à nous interroger sur les origines du somptuaire. « Comment ces meubles sont-ils arrivés là ? » Dans le sang et la sueur, ceux des esclaves, jusqu’à 400 sur le domaine, qui ont bâti la fortune de leurs propriétaires.

Musée de Villèle Saint-Gilles Les Hauts

Musée de Villèle Saint-Gilles Les Hauts
© photos droits réservés

Pourquoi s’y intéresser ?

Parce que la servitude est une réalité contem- poraine. Du travail forcé, à l’exploitation sexuelle en passant par l’esclavage d’État, de la Corée du nord, à la Libye en passant par le Bangladesh : 45 millions de personnes sont aujourd’hui réduites en esclavage dans le monde.

2 - Le musée Léon Dierx

Musée Léon Dierx Saint-Denis - salle exposition permanente

Musée Léon Dierx à Saint-Denis - salle exposition permanente - © photos droits réservés

Inauguré en 1912, le musée porte depuis sa création le nom du poète et peintre réunion- nais, Léon Dierx. Domicilié rue de Paris, dans l’ancienne résidence de évêques, cette maison créole a été rénovée en 1965 pour permettre un meilleur agencement des expositions et présenter le visage qu’on lui connaît aujourd’hui.

La collection permanente du musée aborde tous les grands courants artistiques du 19e siècle, et propose un parcours articulé autour de deux thèmes : le portrait et le paysage. On y retrouve une galerie de personnage immortali- sés dans une peinture romantique et une histoire du paysage, dont les reliefs fluctuent sur une ligne tracée entre 1820 et 1915. La création locale y occupe une bonne place grâce à un fond représentatif des artistes de la première moitié du 19e siècle ; parmi les signatures les plus connues : celle de Le Roy, ou encore Roussin. Le musée Léon Dierx abrite par ailleurs, la première collection d’œuvres impressionnistes outre-mer ; des tableaux de Caillebotte, Cézanne et Renoir s’y côtoient.

Depuis 2016, l’institution a scellé un partenariat avec la Johannesburg Art Gallery, ouvrant à chaque fois de nouvelles perspectives sur l’ukiyoe, pour la dernière en date, l’art de l’estampe japonaise, cadre d’un dialogue entre le pays du soleil levant et le vieux continent.

Pourquoi s’y intéresser ?

De novembre à mars pour admirer le travail de Morgan Fache. Dans l’intervalle d’une exposition temporaire le photographe, qui a déjà baladé son objectif au Cambodge et aux Chagos, poursuit son analyse sociale des territoires et met la focale sur les villages des hauts de La Réunion. Des clichés auxquels sont associées des images d’archives issues des déambulations de prédécesseurs, illustres ou anonymes.

Musée Léon Dierx - La Réunion 974

Musée Léon Dierx, situé rue de Paris à Saint-Denis - Ile de la Réunion - © photos droits réservés

En somme, des regards croisés pour faire émerger une nouvelle profondeur de champ, et quand on connaît le travail de Morgan Fache, on s’y précipite...

3 - Le musée du Sel

Musée du sel Saint-Leu

Musée du Sel - La pointe au sel Saint-Leu © photos droits réservés

Vestige d’un passé dans lequel l’île Bourbon devait subvenir à ses besoins en sel, la saline de Saint-Leu, située à la Pointe au sel, a été remise en service en 1996 après avoir été abandonnée dans les années 70. Propriété du conservatoire du littoral, le musée est lié à l'activité des salines. Géré par le Département de La Réunion, via le Muséum d'Histoire Naturelle, le musée présente l'histoire du site et le processus de fabrication du sel. Il prend ses quartiers dans l’ancien magasin qui servait autrefois de lieu de stockage pour faire sécher le sel, tout juste extrait des bassins d’évapora- tion de l’eau de mer.

Baptisée « Sal de Los Andes » l’exposition temporaire dresse un parallèle inédit entre les différentes pratiques de collecte de la ressource, entre La Réunion, où le condiment se cristallise près de l’océan et les hautes terres de la Cordillère des Andes où le sel se condense dans d’immenses déserts. Cette exposition présente le travail de sauniers hors du commun, en Argentine, en Bolivie, au Pérou, sous le regard de voyageurs photographes passionnés, Guy Ancel, François et FrançoiseCartault et Alain Pozzo di Borgo. Leurs images vous proposent de découvrir les pratiques uniques d’exploitation à plus de 3000 mètres d’altitude. Un sel bien différent du nôtre, compte tenu de son histoire géologique. Sa richesse en lithium fait par exemple de la Bolivie, le premier pays fournisseur pour les industries de la téléphonie mobile, des ordinateurs, et des voitures électriques.

Musée du sel Saint-Leu

Musée du Sel - La pointe au sel Saint-Leu
© photos droits réservés

Pourquoi s’y intéresser ?

Pour relever le goût de vos préparations avec un produit local, récolté selon la tradition, c’est à dire, un sel pur, qui n’a connu aucun traitement chimique comme ça peut être le cas dans l’industrie. A Saint-Leu, la production est dite pédagogique, et avoisine les 80 tonnes à l’année. Sur les cinq déclinaisons proposées à la vente, trois sont à usage alimentaire (on vous passe le sel de piscine et celui pour bétail) : la fleur de sel pour les fins gastronomes, pâtissiers, chocolatiers, le gros sel et lesel-pilon, pour sublimer vos carris.

4 - Le muséum d'Histoire naturelle

muséum d'histoire naturelle

Au cœur du Jardin de l’Etat se trouve le Muséum d’Histoire Naturelle. Il occupe les locaux du Palais législatif, construit en 1834 pour abriter le Conseil Colonial jusqu’en 1848. Il devient Muséum en 1854. Bâtiment néoclassique de deux étages, témoin de l’architecture coloniale, il est classé monument historique en 1978. Ilaccueille une collection de la faune actuelle et disparue des îles des Mascareignes, de Madagascar et des Seychelles.

Un fonds patrimonial

560 000. C’est le nombre de pièces qui consti- tuent les fonds zoologiques, minéralogiques et ethnographiques du muséum. Véritable mémoire du monde vivant, et de la géo-diversité, ce patrimoine se décline dans toute sa richesse au fil de l’exposition temporaire « Collections Collectionneurs » déployée telle une frisechronologique au rez-de-chaussée. Le circuit à effectuer dans le sens des aiguilles d’une montre, dévoile au visiteur chacune des strates qui ont contribué à l’enrichissement des collections. Elles sont constituées par les achats des différentes institutions ayant présidé aux destinées du muséum, d’échanges avec lesmusées étrangers, de saisies des douanes d’objets de contrebande, de dons de collection- neurs particuliers, ou encore héritées du fruit de l’acharnement de conservateurs zélés.

On citera entre autres, l’apport du Dr Jay en 1995, donateur d’une remarquable collection de coquillages de plus de 1300 pièces, et les périples du conservateur Auguste Lantz, entrepris entre 1864 et 1877. Expéditions dont il revient avec des milliers de spécimens. Près de 300 demeurent dans les collections, dont une perruche à colliers des Seychelles, espèce endémique aujourd’hui disparue.

Muséum Histoire Naturelle Saint-Denis Réunion

Museum Histoire Naturelle Saint-Denis

Muséum Histoire Naturelle - Jardin de l'État à Saint-Denis
© photos droits réservés

 

Pourquoi s’y intéresser ?

Pour la collection d’objets ethnographiques, peu importante en nombre (40 pièces) mais qui recèle d’objets exceptionnels ramenés par des voyageurs lointains. La collection est éclectique : arc de chasse du Laos, sarbacane d’Amazonie, hache et sagaie du Mozambique. Des donations de la fin du 19e. Mention spéciale pour le flegmatique et néanmoins majestueux chambranle de porte Kanak, sculpture sans doute embarquée par un passa- ger du Natal, bâtiment des messageries maritimes, qui ralliait Marseille à Nouméa en passant par l’île Bourbon dès 1882.

Plus d'infos :

Musée du sel
https://www.cg974.fr/culture/index.php/musée-du-sel/présentation-Sel/musee-du-sel.html

Muséum Histoire Naturelle
https://www.cg974.fr/culture/index.php/Muséum/présentation-muséum/museum-dhistoire-naturelle.html

Musée Léon Dierx
https://www.cg974.fr/culture/index.php/Léon-Dierx/présentation-dierx/musee-leon-dierx.html

Musée Historique de Villèle
https://www.cg974.fr/culture/index.php/Villèle/présentation-villele/musee-historique-de-villele.html 



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK