Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Littérature réunionnaise

Littérature réunionnaise contemporaine : petit guide pour briller en société


La littérature réunionnaise s’est déployée grâce aux contes et à la poésie. Très florissante dès le milieu du XVIIIème siècle, elle s’investit dans le roman à compter du milieu du XIXème siècle.

Aujourd’hui, ils sont moins d’une centaine à être très connus du grand public mais auteurs et poètes de talent sont au moins cinq fois plus nombreux à La Réunion et ce, dans des styles d’écriture aussi différents que surprenants… On a choisi de vous en présenter 8. Petite mise à jour de notre culture générale locale !

Gilbert Aubry

C’est à Saint-Louis, le 10 mai 1942 que Gilbert Aubry voit le jour. Ecclésiastique catholique français, il est toujours l’actuel évêque de La Réunion et se fait poète et chanteur à ses heures. Plus jeune évêque de France en 1976, sa nomination survient l’année suivant la démission de Mgr Georges Guibert, en fonction depuis 1960.

Il est aussi le premier évêque réunionnais issu du clergé local. Il est aujourd’hui membre de la Commission pontificale pour la conservation du patrimoine artistique et historique de l’Église au Vatican et fut animateur de l’Association réunionnaise d’éducation populaire avant d’être journaliste à Croix-Sud. Ce que l’on peut dire de sa poésie est qu’elle est profondément marquée par une réflexion sur l’émigration réunionnaise en France métropolitaine.

Après être entré au séminaire de La Croix-Valmer, il a poursuivi sa formation à l’Université pontificale grégorienne où il a obtenu une licence en philosophie et une autre en théologie. Son dernier ouvrage : Lumière sur Rivière Noire, 2010, Éd. Azalées.


André Robèr

Écrivain, éditeur, poète et peintre, André Robèr est né en 1955 à La Plaine des Palmistes. Le milieu familial, très pauvre et la politique migratoire mise en place par Michel Debré, contraint le jeune homme, comme des milliers d’autres Réunionnais, à quitter son île. En 1981, il adhère à la Fédération anarchiste francophone où il milite toujours. Dans son engagement, il travaille sur les connexions entre l’art et l’anarchie et tente de montrer que l’art est un moyen d’émancipation. En 1990, il découvre l’importance de la poésie et des langues au Centre International Poésie de Marseille (CIPM). En 1995, il y organise une soirée de poésie avec des artistes réunionnais : Anny Grondin, Patrice Treuthardt, Gilbert Pounia et Carpanin Marimoutou. C’est sous la forme poétique qu’il commence à écrire en 2000 et jusqu’en 2015, il mélangera le créole et le français dans ses écrits. En 2002, paraît Carnets de retour au pays natal, premier acte d’une trilogie sur l’immigration, des morceaux de carnets sélectionnés dans une écriture pleine de révolte. En 2015, c’est la publication du premier recueil écrit uniquement en français, Tel un requin dans les mers chaudes et pour la première fois, il ne pose aucun discours sur l’immigration.


Jean-François Samlong

Écrivain et poète né en 1949 à Sainte-Marie, Jean-François Sam-Long utilise le nom Samlong pour son nom de plume. Docteur ès Lettres, il est par ailleurs, membre de l’Académie de La Réunion et président de la Maison d’édition appelée Union pour la Défende de l’Identité Réunionnaise, ou UDIR qu’il a fondée en 1978. En outre, il a reçu le Prix littéraire Charles-Brisset en 1992 pour La Nuit cyclone.

Il est à la fois poète, romancier, essayiste et traducteur de textes créoles en français. Militant culturel, défenseur de la Créolie, il oeuvre pour la reconnaissance de la littérature réunionnaise.

Jean-François Samlong est coordonnateur du dossier Langue et Culture Réunionnaises (LCR) au rectorat de La Réunion ; il est aussi professeur de français.

À ce titre, il a participé à l'élaboration de deux manuels scolaires : Littérature réunionnaise au lycée en 2004 (Nathan) et Littérature réunionnaise au collège en 2013 (Océan Éditions). Son dernier roman paru en 2019, qui s'intitule Un soleil en exil, porte sur l'affaire des enfants de la Creuse.


Ann O’aro

Après avoir quitté La Réunion pendant quatre ans et être passée par Paris et Québec, Ann O’aro est revenue s’installer à Tan Rouge, le village de son enfance dans la commune de Saint-Paul.

Musicienne dès l’enfance, puis danseuse, c'est vers les mots qu'elle se tourne, en écrivant des textes autobiographiques en poésie créole, des « fonkèr » chantant sans tabou les passions. Elle y évoque aussi les violences faites aux femmes dans la société réunionnaise, y compris l’inceste.

Ann O’aro chante sur le rythme du Maloya et est souvent accompagnée d’un ou de deux musiciens ; elle intervient aussi pour certains morceaux a capella ou uniquement sur le son d’une percussion.

Repérée par Philippe Conrath, manager de Danyèl Waro et de Zanmari Baré, elle sort en 2018 un album remarqué sans aucun titre que son nom de scène qui reçoit le prix Coup de coeur francophone 2019 de l’académie Charles-Cros. En 2019, elle publie également un premier recueil de dialogues poétiques bilingue français et créole réunionnais, Saplë lo shien – Cantique de la meute, paru aux éditions Fournaise.


Patrice Threuthardt

Patrice Treuthardt est un poète français né le 22 janvier 1956 à Saint-Pierre. Il constitue l'un des meilleurs représentants de la poésie réunionnaise contemporaine.

Après des études en métropole, de retour dans son île natale, il écrit son premier recueil de poésie, un long poème entièrement en kréol : Kozman maloya (1977). Patrice Treuthardt est animateur de « Kabar-poèm », concept qu’il a mis en place pour la diffusion de la parole poétique réunionnaise.

Il est aussi un militant de la vie associative, animateur et intervenant par le Conte et la Poésie dans les établissements scolaires, bibliothèques, lieux culturels et dans des kabars et cafés littéraires.

Il est l’un des membres fondateurs et actifs du groupe Ziskakan (1979) qui met en musique quelques-uns de ses textes. Le poète, participe régulièrement à des réunions littéraires internationales tels que le Salon du livre du Mans ou le Centre International de Poésie de Marseille. Il a été nommé Citoyen d’honneur de la ville du Port le 5 décembre 2017.


Sully Andoche

Conteur né en 1956 à Saint-Denis, dans le quartier de Saint Jacques, Sully Andoche, a été distingué en 2005 « ambassadeur du conte réunionnais » au Festival International Yeleen au Burkina Faso. L’homme tient la passion du conte de son grand-père qui lui racontait en boucle « Grandyab la fès an lor ».

Depuis, ce membre du « cercle des poètes non-disparus » de La Réunion reprend les contes traditionnels saupoudrés de son imaginaire à lui, jusqu’à les mettre en musique.
Dans les années 80, il donne enfin de la voix avec ses dalons du groupe Ziskakan pour que la culture et la langue créole soient reconnues.

Plus tard, il conte à coeur-joie dans les écoles, les kermesses et dans les kabars, « partout où la parole aura une oreille pour miroir. » S’il se régale à mettre en bouche les contes traditionnels de La Réunion, de l’océan Indien et d’ailleurs, il s’amuse à imaginer des histoires, à inventer des légendes, toutes aussi vraies les unes que les autres… puisque, selon lui, c’est son imagination qui les a frabriquées.

Ses « kriké-kraké », accompagnés de jeux de mots et autres digressions sont toujours un grand moment pour un public invité à entrer dans son imaginaire.


Joëlle Écormier

Femme de lettres française, Joëlle Écormier est née en 1971 au Tampon. Auteure de textes qu'elle écrit pour elle durant sa jeunesse, elle est mère au foyer lorsqu’elle participe à une expérience littéraire lancée par France Loisirs en 1998 : la rédaction d’un roman dont les premières pages sont signées par Yann Queffélec, les suivantes étant choisies parmi les envois d’internautes. La sélection de sa proposition qui paraît en 1999 sous le titre 30 jours à tuer, conduit la jeune femme à se lancer dans le métier d’écrivain.

Le premier roman qu'elle écrit seule, Le Grand Tamarinier, met en scène un enfant et amorce un glissement vers la littérature enfantine qu'elle poursuit avec son deuxième titre, un conte illustré par les dessins de sa fille. Après 2003 et la parution de son second roman, Plus léger que l'air, Joëlle Écormier se consacre aux ouvrages pour les plus petits, qu'elle tente de moderniser en évitant les motifs floklorisants de la culture réunionnaise. En 2009, elle revient à des titres sans images en publiant un recueil de nouvelles pour ados, Je t'écris du pont, et surtout son troisième roman, Le petit désordre de la mer, primé au Festival du livre et de la BD à Saint-Denis.


Axel Gauvin

Écrivain né à Bois-de-Nèfles Saint-Denis en 1944, Axel Gauvin a publié de nombreux ouvrages avec pour thème l’île de La Réunion.
Président de l’Office de la langue créole, il tente d'aider au développement de l'utilisation et de l'usage du créole réunionnais dans la société réunionnaise, dans le cadre du bilinguisme français/créole. D’abord militant politique, il se consacre ensuite à un engagement plus culturel. Il écrit aussi bien en créole réunionnais – des poèmes, des pièces de théâtre, des contes pour enfants – qu'en français – des romans dont il traduit certains en créole, comme Quartier trois lettres qui trouve son équivalent en créole Kartyé trwa lèt : roman kreol réyoné. À l'inverse, il lui arrive d'écrire son manuscrit en créole avant de travailler sur la version française. Il essaie de valoriser les atouts du créole, en simplicité. Cela passe par l'élévation des sentiments linguistiques pour la prononciation du créole et la prise en compte des compromis qu'impose le cadre bilingue à la transcription de cette prononciation. C’est sous son impulsion que des chartes bilingues sont donc signées pour la première fois par des municipalités de l’île, invitées à élaborer une signalétique en créole. Dans cette perspective, il élabore une graphie qui tente de tenir compte des variétés phonologiques du créole et de sa lisibilité.

Cette liste est loin d’être exhaustive, le choix de la rédaction est purement aléatoire. Nous nous excusons d’avance pour celles et ceux qui n’y figurent pas mais dont le talent est incontestable.

©DR



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK