Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Spectacles

Nouveau départ pour les bambous


Véritable institution culturelle dans l’Est de l’île, le théâtre Les Bambous a fermé temporairement ses portes l’année dernière pour la bonne cause : une réhabilitation totale. L’objectif étant d’accueillir le public et les artistes dans de meilleures conditions. Aujourd’hui le chantier est presque terminé et la nouvelle saison s’annonce des plus prometteuses.

Ne dites surtout pas « le théâtre DES Bambous », son directeur, Robin Frédéric, vous corrigera gentiment aussitôt : « le théâtre LES Bambous ». Il faut dire que le lieu, c’est un peu son bébé. Il l’a vu naître, grandir, évoluer. Et comme tout bon parent, il défend et parle de façon assez flatteuse de sa progéniture sans jamais oublier de mentionner en revanche, tous ceux qui l’accompagnent au quotidien dans cette aventure : « entre les administratifs et les techniciens, nous sommes une dizaine de salariés permanents. Notre équipe n’a quasiment pas changé depuis l’ouverture en novembre 1995. Je pense qu’on est même la plus ancienne équipe artistique de l’île et ça se passe super bien », indique ce professionnel qui a longtemps collaboré avec l’ancienne directrice du Centre Dramatique de l’Océan Indien et désormais à la tête de sa propre compagnie théâtrale, Lolita Monga.

Situé à Saint Benoit, Les Bambous, théâtre conventionné, est chapeauté par la mairie, et est soutenu par le Ministère de la Culture : « ça implique entre autres que nous soyons centrés sur la création » précise Robin Frédéric. Loin d’être une contrainte, c’est même le pivot de leur projet artistique : « quand nous accueillons des artistes en résidence, nous faisons tout pour que cela se passe au mieux. La création nécessite une longue période de recherches, d’essais. L’échec, les erreurs sont possibles. C’est pourquoi nous essayons de leur dégager le maximum de temps afin que ça soit plus confortable pour eux. Comme ça, les œuvres peuvent mûrir à leur rythme. Je rappelle que chez nous, on ne fait pas de one shot, c’est à dire des coups isolés », souligne Robin Frédéric. Concrètement aux Bambous, chaque création fabriquée sur place est jouée sept fois au minimum : « ce qui est unique à la Réunion et très rare dans l’Hexagone », explique le patron.

Robin Frédéric

Robin Frédéric dirige le théâtre Les Bambous depuis 24 ans maintenant

Susciter la curiosité du public

En plus de ces œuvres inédites, la structure présente aussi au public toute l’année, des spectacles soigneusement sélectionnés par le directeur lui-même, et ce dans différents festivals à la Réunion et dans l’Hexagone. Avignon en fait partie. Les heureux élus sont ensuite invités à se produire au moins trois fois.
En termes de contenu, « pluridisciplinaire » n’est pas exactement l’adjectif caractérisant le mieux le théâtre selon son dirigeant. Les shows doivent bien entendu avoir un lien à la notion de parole, du mouvement, « et de quelques notes de musique, puisqu’on ne peut pas s’en passer », mais pour lui, l’enjeu ce n’est pas de mettre le plus de têtes d’affiche. C’est de plutôt de programmer ce que le public pourrait aimer et faire appel, par là, à sa curiosité.
En ce moment, le théâtre travaille avec Aberash. La compagnie va ouvrir la saison avec la pièce Gabriel/le et suit toute la programmation. Elle a carte blanche pour aller à la rencontre du public, faire des lectures dans les quartiers tout en s’assurant bien sûr, un temps de création.
A cause des travaux entrepris en avril 2018, la pièce sera jouée à la Salle Gramoune Lélé : « grâce au soutien de nos partenaires comme la Région ou la mairie, le théâtre n’a jamais cessé son activité pendant le chantier. Les spectacles ont simplement été délocalisés à la médiathèque du centre-ville ou au conservatoire. En fait on n’a pratiquement pas été pénalisé par cette fermeture même si, en toute honnêteté, on a perdu un peu de public », déplore Robin Frédéric.

Les bambous repoussent

Mais tout devrait bientôt rentrer dans l’ordre. Les locaux, flambants neufs, rouvriront en effet avant la fin de l’année. La rénovation, dont le coût total est estimé à 1 million 800 000 euros, a permis de faire passer la jauge de 148 à 170 fauteuils. Le foyer sera aussi plus spacieux. Le public pourra ainsi prendre son temps avant ou après une représentation, en toute convivialité : « Les gens pourront s’asseoir à la table des artistes, partager un carri, boire un verre etc », avance le directeur du théâtre, également comédien et metteur en scène.
Le plateau toutefois sera le même, toujours de plain-pied : « la proximité permet de casser cette barrière entre acteurs et spectateurs, le rapport est idéal. C’est sûr que ça surprend la première fois mais c’est vraiment génial, c’est un peu notre marque de fabrique », conclu Robin Frédéric.
Le compte à rebours est désormais lancé avant le lever de rideau …

Prochains rendez -vous

La Révolte des Papillons de Soraya Thomas (Cie Morphose)
- En octobre, dans les rues de Cratère, quartier de Saint Benoit

Gabrielle de Marcelino Méduse (Cie Aberash)
- le 27/09 à 20h, le 28/09 à 17h et le 1er/10 à 20h - Médiathèque Antoine Louis Roussin

Gonfle de Christophe Tarkos
- le 24/10 à 17h et le 25/10 à 20h - Salle Gramoune Lélé

Loin Des Hommes de Vincent Fontano (Cie Ker Béton)
- le 05/11 à 20h – Les Bambous

Le Nouveau Monde de Gilles Cailleau (Cie Attention Fragile)
- le 22/11 à 20h et le 23/11 à 17h – Salle Gramoune Lélé

Des Etoiles et des Idiots
- Le 29/11 à 20h et le 30/11 à 17h - Salle Gramoune Lélé 

Les Bambous Libres
- Les 5, 6 et 7 décembre – Théâtre Les Bambous.

Toutes les infos sont disponibles sur lesbambous.com ou sur monticket.re



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK