Blog MonTicket.re - L'info et toute l'actualité culturelle à La Réunion


Musique

Wedding Singer, une profession au service de l’amour


Ils ajoutent de l’émotion à une journée déjà extrêmement chargée de sentiments les plus variés, apportent une petite touche de douceur et de magie aux cérémonies civiles, religieuses ou laïques, animent avec énergie les cocktails qui suivent... les wedding singers... ou chanteurs de mariage in french... ont de plus en plus le vent en poupe à la Réunion. Qu’ils travaillent seuls ou en groupe, qu’ils soient arrivés là par hasard ou de façon totalement délibérée, ces passionné(e)s exercent leur art au plus près des gens, au moment le plus intime de leur vie motivés par une seule chose : l’amour. L’amour du chant, l’amour du partage, l’amour de la transmission, l’amour du bien être ensemble... bref ! L’amour quoi !

Personne ne dira le contraire : le mariage c’est avant tout un engagement entre deux êtres qui s’aiment et qui veulent finir leurs jours ensemble. Avec ou sans enfants. Oui, de temps en temps, le conte de fées ne se termine malheureusement pas très bien. En France, selon les statistiques, près de 45% des mariages se soldent par une séparation.

Concrètement, même si les chiffres varient d’une année sur l’autre, près de 130 000 divorces en moyenne sont prononcés tous les ans. Autre chiffre qui peut être un peu plus parlant : 10 couples mariés sur 1000 divorcent (= 1%). Ça c’est pour le côté négatif. Le côté positif c’est le nombre de mariages. Il reste plus ou moins stable : 235 000 ont été célébrés en 2018 selon l’INSEE, soit 644 unions par jour. En 2017, on en comptait presque 234 000.

On est loin des 305 234 mariages inscrits dans les registres en 2000 mais il n’empêche que cela prouve bien que les couples sont encore nombreux à y croire.

Croire en cette vie à deux et s’engager à le faire officiellement, pour le meilleur et pour le pire, devant monsieur/madame le Maire et un représentant religieux ou un officiant, si c’est une cérémonie laïque. Et ils y croient tellement que la plupart des amoureux vont mettre tout en œuvre pour rendre cette journée censée être vécue une seule fois dans sa vie, exceptionnelle.

Mariage kréol à l'américaine

Entre le photographe, la maquilleuse, la salle de réception etc, tous les prestataires sont sélectionnés au moins un an avant. Si ce n’est plus. Chaque moment ponctuant THE journée est pensé avec détail, perçu comme un cadeau que le couple déballe... tout en l’offrant à ses invités. Objectif : marquer d’une pierre blanchel’évènement.

Avec l’essor de l’outil internet, les mariages réunionnais n’ont pratiquement plus rien à avoir avec ce qui se faisait dan’ tan lontan. La mondialisation étant passée par là : on veut faire aussi grand, aussi beau, aussi original alors on reproduit, tout en apportant sa petite touche personnelle, ce qui se fait ailleurs.

Par « ailleurs » on entend généralement les États-Unis, souvent pris comme référence, que ce soit au niveau de la première danse, chorégraphiée au millimètre près, qu’à celui de la décoration ou du repas offert aux convives. Il n’y a qu’à voir par exemple le succès des wedding cakes, ces fameux gâteaux à étage recouverts de pâte à sucre, composés de crème au beurre, arborant parfois des décors impressionnants. Ils concurrencent énormé- ment les traditionnelles pièces montées en choux à la crème ou en massepain. La demande est tellement forte que les pâtissiers locaux ont été obligés de s’y mettre.

Retour des chanteurs de bal

Jean-François Suzanne et sa femme Magalie

Jean François Suzanne et sa femme Magalie mettent leur complicité au service des nouveaux mariés.

Autre élément d’inspiration américaine, les wedding singers. À la Réunion, il y a toujours eu les chanteurs et orchestres de bal pour animer les mariages. Mais ces derniers sont un peu tombés en désuétude au fil des années, jusqu’à presque disparaître totalement des réceptions. En cause certainement : l’arrivée des technolo- gies. Plus simple de déplacer un DJ avec sa sono que tout un groupe avec leurs instruments, plus simple et plus tendance de passer des disques de musiques actuelles, entendus en boucle à la radio.

Pour son mariage, on veut être à la mode par conséquent on la suit... sauf qu’une mode en chasse toujours une autre, et ce qui a pu paraître ringard à un moment, peut redevenir tendance à un autre. Rien de surprenant donc à voir revenir depuis quelques années les chanteurs et orchestres de bal même si on ne parle plus de « bals » de nos jours mais de « soirées », de « cocktails » ou « d’évènementiels ». Un retour en grâce en version moderne que l’on doit en partie aux films, émissions et autres vidéos sur les réseaux sociaux, venues de « dehors ».

Une véritable aubaine pour nos chanteurs péi à l’image des Soulmitik. Dans leur cas, dire que les chanteurs de mariage sont revenus à la mode c’est un euphémisme. « On a commencé notre activité pour le mariage d’une amie, pour lui faire plaisir. Puis on en a fait un autre. De fil en aiguille, on s’est structuré, on a commencé à se faire connaître et ça a explosé. On se produit maintenant presque tous les week-ends, on ne compte plus les mariages » raconte David Réchouze, 38 ans, leader.

Les Soulmitik sont une dizaine sur scène au total. Une formation complète qui se considère comme une famille, inchangée depuis quatre ans. Elle est composée de deux chanteurs, deux guitaristes, un bassiste, un pianiste et un batteur et de temps en temps viennent se greffer en cas d’absence d’un des membres, un autre pianiste et un saxophoniste. Leur répertoire s’inscrit dans le style Soul et RnB.

Accompagner les mariés

Car dans l’île, on trouve effectivement de tout : du violoniste en solo à l’orchestre de jazz au guitariste, en passant par les artistes de variété ou encore les groupes de gospel, il n’y a que l’embarras du choix. Il suffit juste de bien se renseigner pour trouver celui, celle ou ceux qui vont donner cette dimension unique au plus beau moment d’une vie.

De leur côté en tout cas, c’est ce qu’ils veulent pour les mariés. « On est là pour les accompa- gner. À travers notre playlist, c’est un peu leur histoire que l’on raconte, on rentre dans leur intimité. Ce n’est pas un spectacle », affirme Alexandra Mussard.

Âgée de 38 ans, cette Tamponnaise, chanteuse et violoniste, se produit dans des mariages et autres depuis plus de dix ans en compagnie de son pianiste Christophe Lepinay. Ensemble, ils forment Your Event Animation. « On joue dans les églises, les salles de réceptions ou à l’extérieur s’il s’agit d’une cérémonie laïque. On a un répertoire bien rodé mais on le prépare toujours bien amont avec les mariés car il peut y avoir des demandes particulières », indique-t-elle.

 « Chanter pour les mariages ne me lasse pas du tout. Chaque couple est différent, chaque union est différente et il y a toujours un charme qui fait que c’est waouh à chaque fois », poursuit avec enthousiasme celle qui a par ailleurs sorti un album de onze chansons originales en avril dernier et disponible sur internet.

La lassitude ne fait pas non plus partie du vocabulaire de Karine Ferrère. Avec Harry, son guitariste, ils forment le duo « KarHa » depuis trois ans. « Il m’arrive de ne pas manger le jour J tellement je suis excitée. Je le suis autant que les mariés. Sans doute à cause de toute l’émotion qui règne à ce moment-là, mais aussi parce qu’on n’a pas le droit à l’erreur. On est en live. On ne rajoute pas d’effets, il n’y a pas de bande son. Ça doit donc être parfait », indique-t-elle. Comme sa consœur, elle travaille ses prestations bien longtemps avant, en compagnie des amoureux : « Notre répertoire est fait sur mesure. Contrairement aux cérémo- nies religieuses où là on ne peut pas faire n’importe quoi parce que c’est très codé, dans les cérémonies laïques, le champ des possibles est ouvert, en sachant bien sûr que tout n’est pas arrangeable à la guitare », précise cette habitante des Avirons.

Karine Ferrère et son guitariste Harry

Karine Ferrère et son guitariste Harry, un duo en complète osmose depuis 3 ans.

Faire ressortir les émotions du jour

Lui en revanche ne rencontre pas ce genre de problème puisqu’il chante sur des « instru », en duo avec sa femme Magalie. Jean François Suzanne, 40 ans a chanté pour la première fois dans un mariage en Janvier 2018. Une corde de plus à son arc puisqu’à la base, Djeef, son nom d’artiste est aussi producteur, coach vocal, et il fait aussi de la photo et vidéo. Pour lui, faire vibrer ses cordes vocales pour les mariages, c’est une joie sans nom : « notre rôle ce jour-là c’est de faire ressortir encore plus l’amour qu’il y a dans le couple de nouveaux mariés, mettre encore plus d’émotions. Et comme je me produis avec mon épouse et que l’on est très complices, ça donne encore plus de crédibilité au message que l’on veut faire passer à ceux qui nous ont choisi et à leurs invités ».

Djeef a d’ailleurs choisi un style qui colle particulièrement à ce genre de circonstances : « le pop love », des années 70 à nos jours. Et peu importe si les invités grignotent ou discutent pendant son tour de chant : « qu’il y ait 20, 50 ou 100 personnes, nous on chante pour les 20, 50, ou 100 personnes même s’il n’ y en a qu’une qui nous écoute. De toute façon on s’éclate en le faisant, notre passion c’est de chanter », lance-t-il. Un avis que partagent Alexandra et Karine. Les deux en sont persuadées : « les gens écoutent de toute façon. Parfois c’est sans plus, parfois l’atten- tion est plus forte. Quoiqu’il en soit, nous on est là pour ceux qui se disent oui ».

De son côté, David Réchouze estime que l’adhésion des gens présents à la réception se gagne : « on essaye au maximum de les faire participer, de créer une connexion, une émotion à travers un programme qui va crescendo. Et puis l’important c’est de faire plaisir à tout le monde ».

Leurs armes à tous pour ce faire : le travail. Sans cesse. Et ne leur parlez pas de concur- rence. Tous disent avec leurs mots qu’elle n’existe pas dans leur domaine car ils proposent des prestations différentes. « Il nous arrive même de donner le numéro d’un de nos confrères si on nous demande de jouer un jour où on est déjà pris. Je trouve ça plutôt sain » se félicite le chanteur des Soulmitik. « Avec Alexandra on est copines. On se suit sur les réseaux sociaux. On se ressemble sur certains aspects et sommes différentes sur d’autres. Ça ne nous gêne pas de donner le contact de l’autre si on est déjà booké. Notre priorité, ce sont les mariés », termine Karine. L’amour avant tout on vous a dit.

3 questions à nos chanteurs

Quelle chanson vous demande-t-on le plus souvent ?

Alexandra, Karine et Djeef : « Hallelujah de Jeff Buckley » (version originale de Leonard Cohen )
David : « Treasure de Bruno Mars »


Quelle chanson la plus inattendue vous a-t-on déjà demandé de chanter ?

Alexandra : « Je l’aime à mourir de Francis Cabrel, pour la sortie de l’église. Mais on ne l’a pas fait finalement ».
Karine : « Turn your light down low de Bob Marley, à la Cathédrale de Saint Denis »
Djeef : « On nous a demandé de chanter un maloya, mais ce n’est pas vraiment le style de musique que l’on fait »
David : « Waiting in vain de Bob Marley mais la version d’Annie Lennox »

Vous chantez plutôt dans quelle langue ?

Alexandra : « Anglais et français et quelques fois en créole »

Karine : « Tout’ zafèr ! Même en espagnol, en portugais ! »

Djeef : « Essentiellement en anglais »

David : « Notre répertoire est surtout en anglais. Ça nous permet de ne pas marcher sur les platebandes des autres »

Business is Business

Si certains arrivent à se sortir un salaire en chantant lors de mariages, en plus d’autres activités rattachées... d’autres parmi ceux interrogés ont fait le choix de continuer à exercer leurs métiers respectifs à côté pour plus sécurité financière et surtout pour que la musique reste une passion.

Leur présence a donc un prix. Les tarifs sont calculés en fonction de plusieurs paramètres. Ils incluent généralement les rencontres de préparation, les animations en elles-mêmes, les temps d’installation et de désinstallation du matériel, leur déplacement sur les lieux et autres contraintes.

Différentes formules sont ainsi possibles, il suffit juste de leur dire ce que vous voulez, ce que vous attendez d’eux, dans la limite du raisonnable évidemment.

De l’animation des cérémonies religieuses (ou laïques), au vin d’honneur à la soirée, les chanteurs et orchestres s’adaptent à vos demandes. Autant dire qu’il y a une large gamme de tarifs disponibles et qui commencent, parmi ceux interrogés, à partir de 350 euros.

Quant à la durée des prestations, elle est modulable. Cela peut aller de 45 minutes, 1h à 3 ou 4 heures.

Sachant que la grosse saison des mariages va de Juin à Décembre avec une coupure en novembre, et que les artistes sont très sollicités, le mieux est de les contacter et les booker un, voire même, deux ans avant le jour J.

Pour les contacter, se rendre sur leur page facebook respectives.



Article rédigé par


Réagissez à cet article

Commentaires System WIDGET PACK